Recherche

Newsletter

Publicité

 

 

>

 

 

 

BROSSET Véronique Il y a 28 oeuvres

BROSSET Véronique
Née en 1963 à Bourges, Véronique Brosset a évolué toute son enfance dans un environnement familial où pinceaux, crayons de couleur, spatules et peintures sont omniprésents.
Après un bac littéraire, elle choisit des études de communication visuelle et obtient le diplôme de l’Ecole Supérieure des Arts Modernes à Paris. Le monde de la communication l’accueille et après plusieurs années d’infographisme en agence de publicité, le numérique déclenche chez elle une frustration. Le besoin de renouer avec la matière se fait ressentir, les outils et les odeurs de peinture lui manquent, l’éphémère de son métier la laisse insatisfaite. Une envie d’authenticité. Une liberté d’expression à retrouver.
Elle travaille une peinture caractérisée par un mouvement énergique, vif, déclinant sans relâche la quête de soi, le rapport à l’enfance, dans ses toiles abstraites et colorées. Sa façon de peindre, elle la compare à un combat intérieur, un désir de partager ses émotions.
Elle peint à l’acrylique pour assouvir sa volonté de spontanéité. Pinceaux, spatules et couteaux accompagnent sa gestuelle où se mêlent douceur et violence. Les couleurs et les matières travaillées, voire torturées, deviennent complices de son expression.
Parallèlement, elle se passionne pour la mosaïque contemporaine et s’initie à cet art au travers de stages professionnels à ”M comme Mosaïque” et auprès de Paolo Racagni à Ravenne.
Elle découvre grâce à ces tesselles une complémentarité au travail de la peinture par le jeu du mortier, de coupes, de mélanges de formes, de couleurs, de lumières. Un jeu de création infinie qui n’est pas sans lui rappeler les jeux de son enfance…


A la recherche de l’enf’anse perdue

Douceur et chaleur de l’innocence des premières années de ma vie. Fêlures noires jamais colmatées.
Je rêve de délivrance, d’apaisement. Je ressens le besoin d’extirper par le visible une souffrance immatérielle. Remplir un vide inexpliqué et sans fin.
La toile immaculée appelle mon désir de la malmener, attise en moi une violence retenue. Urgence émotionnelle. Les jets de couleur me libèrent et je me laisse aller à la surprise de la matière qui se transforme au gré de mes humeurs. Spatules, couteaux, griffes sont mes alliés pour ce retour sur mes rouges angoisses et mes bleus de l’enfance.
Les outils semblent me dominer et me guident vers le soulagement. Violence et calme étroitement mêlés me laissent pleine à chaque combat face à moi-même. Et une délivrance jouissive m’envahit devant la toile aboutie. Jusqu’à la prochaine toile vierge…

Panier  

Aucun produit

Expédition 0 €
Total 0 €

Panier Commander

Publicité

LiveZilla Live Help