GAUGUIN

GAUGUIN Paul

Paul Gauguin, artiste peintre, France

 

Paul GAUGUIN est né le 7 juin 1848 àParis et mort le 8 mai 1903 aux Îles Marquises.

Peintre

 

Paul Gauguin naît à Paris, mais après la mort de son père journaliste, il passe son infance à Lima, auprès de sa mère d’origine péruvienne, dans la maison de son oncle. La famille revient plus tard en France, à Orléans, mais le souvenir de l’Amérique du Sud et de son climat chaud  influencera profondement l’œuvre du peintre.
En 1872, après cinq années passées dans la marine marchande, Gauguin débute avec succès la carrière d’agent de change à Paris. Un an plus tard, il épouse une Danoise, Mette Sophie Gad, avec qui il  a cinq enfants. Il abandonne plus tard sa jeune famille à Copenhague pour poursuivre sa vocation artistique. son tuteur, Gustave Arosa, lui enseigne l’art et alimente son enthousiasme, l’encourageant à peindre en ameteur pendant ses loisirs.
En juin 1874, Gauguin visite la première exposition impressionniste et rencontre Camille Pissarro, qui l’encourage également à poursuivre dans la peinture. En dix ans ,  après avoir abandonné son travail à la Bourse, il devient une figure de premier plan de la vie artistique et intellectuelle parisienne, exposant ses premières œuvres au Salon et avec les impressionnistes, et peignant à plein temps.
Mais, san argent et déçu de ne pas rencontrer le succès populaire espéré, il part pour Pont-Aven, en Bretagne, où lui-même se situe comme le principal artiste du mouvement connu comme École de Pont-Avent. En 1888, travaillant aux côtés d’artistes comme Émile Bernard, il se démarque du style impressionniste et ses peintures gagnent en expressivité. Jouant sur les contours marqués, les formes suggestives et les couleurs intenses, il peint plusieurs visions idéalisées et mystiques de paysans bretons en costume tradiotionnel, dont La Vision après le sermon (1888). Son travail reflète l’influence grandissante des estampes japonaises et de l’ornamentation des objets rustiques en céramique.
En 1888, Van Gogh invite Gauguin à venir vivre avec dans sa « Maison Jaune ». Depuis longtemps attaché à l’idée de créer une colonie d’artistes, et en attendant sa venue, Van Gogh décore la Gauguin avec quatre toiles, devenues célèbres depuis, représentant des tournesols. Gauguin ne reste que neuf semaines, les deux artistes ne s’entendant pas et la tension montre entre eux.
En quête d’une source d’inspiration plus exotique et primitive, lassé du mode de vie occidental, Gauguin part pour Tahiti puiser à la source de la nature. Il passe les dernières années de sa vie aux îles Marquises, où, dépressif, il peint des visions i idélisées de la culture maori.
(1) La Vision après le sermon, ou La lutte de Jacob avec l’ange, 1888, National Gallery of scotland, Édimbourg
(2) Nevermore, 1897, Courtauld Institue of Art, Londres

ÉCOLE DE PONT-AVEN
Pendant l’été 1888, Paul Gauguin abandonne l’impressionnisme pour une peinture épurée recherchant une richesse poétique et un sens du sacré plus que de la réalité. Ce courant esthétique symboliste persiste jusqu’au tournant du siècle.
Pont-Aven, village du Finistère, donne son nom au groupe. La Bretagne, isolée des courants continenaux, semble aux hommes du XIXème siècle une terre immuable hors du temps, qui attire les artistes. Paul Gauguin déclare avec enthousiasme : « J’aime la Bretagne. J’y trouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots résonnent sur ce sol grannit, j’entends le son sourd, mat et puissant que je cherche en peinture. »

Pauvres et mal aimés, les peintres du groupe prennent pension chez Marie Gloanec. Ils s’opposent farouchement à la peinture officielle, rejettent le modèle gréco-latin et s’inspirent de l’estampe japonaise, de l’art populaire (gravure d’almanach) et du Moyen Âge (vitrail et sculpture).
Les artistes puisent leurs sujets dans les traditions, tels la lutte bretonne et les costumes traditionnels. La campagne bretonne et la vie de tous les jours les inspirents. Ils évoquent une foi religieuse ancestrale et magique et donnent aux figures un hiératisme archaïque.
L’espace du tableau  s’échelonne du bas vers le haut par des plans simplifiés. Le cloisonnisme renforce  l’effet de surface et consiste à cerner chaque motif d’un trait.  Ces « cloisons » inspirées de l’estampe japonaise, évoquent les plombs qui sertissent les pièces de verre dans la technique du vitrail. La  ligne synthétise les formes, réduit les détails et ondule de manière décorative.
L’absence de source lumineuse définit un modelé rudimentaire. Les couleurs pures et violentes appliquées en aplat et éloignées du ton réel, ressortent parmi les tons sourds et menifestent le souci de souci de synthése. La matière picturale lisse d’anime de quelques frottis.
Les principaux artistes qui composent ce groupe sont Paul Gauguin, Charles Laval et Paul Sérusier, parmi autres.

(1)La belle Angèle. Paul Gauguin, 1889. Musée d’Orsay, Paris.
(2) La vielle Bretonne sous un arbre.Paul Sérusier, vers 1898. Musée du Prieuré, Saint-Germain-en-Laye

 

 

La belle Angèle, Peinture de Paul Gauguin

La belle Angèle

Nevermore, tableau de Paul Gauguin

Nevermore

La vision après le sermon, tableau de Paul Gauguin

La vision après le sermon

 

Shoppable Instagram Posts